Chez les Prandi il semblerait que le handball soit une histoire de famille. Pour les plus anciens, vous devez sans doute vous rappeler de Raoul Prandi, ancien demi-centre de l’équipe de France et de Mézuela Servier ex-capitaine de l’équipe de France féminine. 

Bercé par les exploits de ses parents, c’est tout naturellement qu’Élohim Prandi met les pieds sur un terrain de handball. 

Né à Istres, il se retrouve à l’âge de 2 ans en région Parisienne ou il commença le handball.

Torcy pendant 5 ans, un passage à Chartres et le voilà qu’à 15 ans il découvre le monde professionnel en signant à l’US Ivry avec comme mentor Sebastian Simonet. 

Encore très jeune, à peine 18 ans qu’il foule les parquets de Lidl Starligue lors de la saison 2016-2017. Mais ce n’est pas en faveur du club francilien qu’il choisit de signer son premier contrat pro. Un choix venant du coeur et une histoire de famille sans doute mais il décide de s’engager avec l’USAM Nîmes Gard, entrainé par son parrain, Franck Maurice.

Une cinquantaine de match et plus de 200 buts au compteur, Prandi impressionne  et met tout le monde d’accord sur sa capacité à évoluer au plus haut niveau. 

Envieux de nouveaux défis, rêveur de jouer la Ligue des Champions chaque saison, il paraphe un contrat avec le PSG en juillet 2019. Celui qui a quitté la capitale pour Nîmes en 2017 retournera là ou il a grandit en juillet 2020. 

Paris Saint Germain Handball

Des titres ? Il en a gagné, dans les sélections jeunes, c’est un taulier. Champion d’Europe en 2016, puis champion du monde en 2017, c’est en renfort qu’il  a fraichement débarqué à Vigo en 8ème de finale cet été. 

Une arrivée tardive pour l’arrière gauche qui s’était fracturé une cote. Celui qui ne devait pas participer, a grandement renforcé ses coéquipiers à remporter le dernier titre mondial de la génération 98-99 chez les bleuets. 

C’est avec Villeminot, Mapu, Dourte, Gaudin et autres étoiles montantes du handball tricolore qu’il met un terme à son aventure en équipe de France jeune. 

Instagram Elohim Prandi

Un début de saison clinquant ( 5 buts en 23 matchs ) lui permet même de s’offrir une première convocation en équipe de France A. 

Effectivement, Didier Dinard fait appel à lui pour jouer le premier tour de la Golden League fin octobre. 

Une belle récompense pour le jeune arrière gauche qui ne ménage pas ses efforts. 

La suite s’avère prometteuse pour Elohim Prandi… affaire à suivre !

DESLANGLES LUCAS

Photos : Serge Tabarracci

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *