C’est la surprise de la liste d’Olivier Krumbholz pour la préparation aux Jeux Olympiques, la jeune arrière droite de Metz Handball, Emma Jacques reçoit sa première convocation avec l’Équipe de France A.

Déjà appelé dans le projet « 2024 » lors du regroupement au mois d’avril -accompagnée d’autres espoirs du handball comme Floriane André, Clarisse Mairot, Adja Ouattara, Claire Vautier et Tamara Horacek- Emma Jacques enregistre sa première convocation dans une liste officielle.

La joueuse messine qui a signé son premier contrat professionnel en début d’année 2020*, qui prendra effet à partir de la saison 2021/2022 à déjà impressionné Olivier Krumbholz le sélectionneur des bleues. « Elle a vraiment un gros potentiel. Elle a un très gros bras, beaucoup de puissance de tir » avait-il déclaré en avril à nos confrères du Républicain Lorrain.

C’est ta première convocation avec l’Équipe de France A, tu ne t’y attendais pas ?

Depuis le stage du mois d’avril dans le cadre « d’Horizon 2024 », Olivier Krumbholz m’avait dit qu’il compterait surement sur moi pour la préparation aux Jeux Olympiques, mais j’attendais tout de même d’avoir la convocation officielle. Là j’ai appris ma convocation en sortant de l’entrainement, j’ai reçu un mail annonçant le groupe et je l’ai aussi vu sur les réseaux sociaux. Je ne m’attendais pas à ce que ma première convocation arrive aussi tôt. Je suis super heureuse d’être sélectionnée !

Quelles sont tes attentes de ce stage ?

C’est un stage qui va permettre d’évaluer mon niveau, j’avais fait quelques entraînements au mois d’avril parce qu’il y avait des blessées, il n’y avait pas toute l’équipe. Je suis vraiment très contente d’être présente sur un stage de deux semaines, pour en plus, préparer les Jeux Olympiques. C’est un rêve de pouvoir découvrir comment se déroule un stage avec l’Équipe de France A ! Je vais aussi profiter de ces 15 jours afin de me perfectionner et apprendre pour la saison prochaine avec Metz Handball.

Quand on est sélectionnée dans un premier groupe élargi, on souhaite forcément faire parti du groupe plus restreint ?

C’est sur, mais je suis aussi consciente que ça va être compliqué. Je suis encore une très jeune joueuse et je ne dispose pas l’expérience des autres filles présentes sur ce regroupement. Je vais donner le maximum de moi-même, et on verra bien pour la suite.

« C’est trop cool, je ne m’y attendais pas » – Emma Jacques

Tu y penses à intégrer ce groupe restreint ?

Je ne peux pas avoir de certitudes, mais si je dis que ce n’est pas envisageable c’est que je n’y crois pas. J’espère y être et pouvoir aller le plus loin possible. Je n’aurais pas de regret à avoir. Dans ma tête, je ne me dis pas « il faut absolument que j’aille aux JO. » Je veux montrer ce que je sais faire et même pour plus tard, je veux montrer qu’on peut compter sur moi. Aujourd’hui, ça serait un risque de me prendre pour aller plus loin, je ne sais pas comment Olivier Krumbholz réfléchit mais je n’ai aucune expérience, je vais continuer à apprendre. Je n’ai rien à perdre, j’ai tout à gagner, si je peux continuer à surprendre et à satisfaire l’entraineur, je le ferais.

Par rapport aux déclarations qu’Olivier Krumbholz a fait dans la presse à ton sujet. Ce sont des remarques qu’il avait pu te faire personnellement en avril ?

Le sélectionneur m’a dit qu’il était agréablement surpris de moi. Il ne pensait pas que j’avais le niveau que j’ai aujourd’hui. La convocation du mois d’avril était pour évaluer notre niveau. Je pense qu’il était content de ce qu’il a pu voir de mon jeu. Je suis d’ailleurs très surprise et contente de voir les compliments qu’il a fait à mon égard dans la presse.

L’année prochaine tu intègres le groupe professionnel de Metz Handball, tu fais le lien entre tes prestations avec Metz ?

Avec Metz, il va falloir que je sois à fond dès le début de saison. Afin de montrer aussi bien à Emmanuel Mayonnade qu’à Olivier Krumbholz que je continue de progresser. Puis pourquoi pas être rappelée en Équipe de France lors de cette saison. Et rêver de participer au mondial en Espagne au mois de décembre.

On sait que le COVID à a impacté le championnat de France de Nationale 1. Comment te sens-tu physiquement, puisque tu n’as pas pu faire énormément de matchs ?

Physiquement, je pense être prête. Même si je ne suis pas sollicitée à chaque match, je continue à m’entraîner avec le groupe professionnel. C’est sur que pour progresser, il faut jouer. Maintenant je suis encore jeune. Je prends ce qu’il y a à prendre et je fais de mon mieux aux entraînements. C’est peut-être même un avantage pour moi de ne pas avoir énormément joué.

* Emma Jacques a signé son premier contrat professionnel en même temps que sa dernière année de centre de formation. Son contrat était donc 1+1 : une année de centre plus une année professionnelle à compter de la saison 2021/2022