La belle histoire de Baptiste Joblon

La belle histoire de Baptiste Joblon

Âgé de 17 ans seulement Baptiste Joblon a déjà bien voyagé. Originaire du Nord de la France, il déménage très tôt pour rallier le soleil du sud de la France et commencer le sport qui deviendra très vite une passion, le handball ! Retour sur la fin de saison du nouveau pivot de la formation Nîmoise. 

Pourquoi as-tu choisi de retourner à Nîmes ? 

Les deux clubs sont rivaux, c’était un décision délicate, Montpellier voulait me conserver et me faire signer trois ans au centre de formation, mais je devais attendre de finir ma dernière année de pôle et Nîmes m’a proposé de signer un an en avance et que mon contrat au centre de formation prenait effet pour 2021-2024 c’était préférable pour moi, je voulais avoir une assurance !

L’année dernière, tu jouais en U18 Championnat de France et tu étais un seul joueur de l’Équipe de France U17, ça a pesé dans ton choix de quitter Montpellier ? 

Oui, c’est aussi pour ça que j’ai quitté Montpellier, je n’ai pas peur de la concurrence, je m’entendais très bien avec Arthur Lenne et Paul Louis Giraudou qui évoluaient au même poste que moi en plus de notre complicité, ils me donnaient plein de conseil  Mon but, c’était vraiment de progresser et d’évoluer et je savais qu’en -18 m’a progression ne pouvait pas être aussi rapide que je pouvais l’espérer. Je voulais vraiment me frotter à un plus haut niveau surtout que je m’entrainais avec le centre de formation de Montpellier toute la semaine et que je redescendais jouer en U18. J’ai donc souhaité partir afin de pouvoir progresser plus vite. 

Crédit : USAM

Comment se passe ta première saison en Nationale 1 ? 

Nous avons fait 2 matchs à cause du Covid c’était compliqué ! Je connaissais un peu le niveau pour m’être entraîné avec Montpellier, et avoir fait quelques matchs amicaux, mais je n’avais pas vraiment l’habitude de me frotter à ce niveau, la dimension physique m’a vraiment surprise sur ce premier match. Le deuxième match a été mieux pour moi, j’étais prêt, j’ai eu plus de temps de jeu et j’ai pu inscrire mes premiers buts en N1 sous les couleurs de l’USAM !

Tu peux nous raconter comment tu as appris que tu allais participer au match de Coupe d’Europe contre Presov ? 

On sortait d’une semaine d’isolement, car il y avait eu un cas positif au sein du centre de formation. La semaine passe, je me suis fais testé le jeudi et j’avais la pression parce que j’avais forcément fréquenté le joueur positif, le vendredi à l’annonce des résultats je suis négatif, je fonce directement à l’entraînement ! Le manager général et le coach de l’équipe de réserve viennent me voir et me disent qu’il y a des blessures et des cas de Covid donc Franck Maurice vous a prévu dans le groupe pour jouer en Coupe d’Europe mardi avec eux ! J’étais surpris, je comprends pas ce qu’il m’arrive, vraiment ! J’appelle mes parents direct, ils étaient super heureux ! La nuit de samedi à dimanche a été horrible, la nuit avant de partir pour à Presov, je n’ai pas dormi de la nuit tellement j’étais stressé ! Quand on arrive au point de rendez vous, la première personne que je vois c’est Julien, alors on discute, après je connaissais quelques joueurs du groupe, et ils sont tous géniaux, on a eu un super accueil ! Ils ont agis avec nous comme des papas !  

Les joueurs de Nîmes après leur victoire à Presov (Photo USAM)

On se dit quoi à 17 ans quand on se retrouve là ? 

Je n’ai même pas eu le temps de faire mes preuves en Natioanel 1 que j’ai été appelé avec le groupe pro pour combler les blessures et on se dit qu’on doit profiter, qu’on ne soit pas se prendre la tête et surtout profiter au maximum ! Si tu rentres tu donnes tout et si tu ne rentres pas, tu dois être content d’avoir eu la chance d’être sur le banc 

Tu es rentré et tu as marqué en plus ! 

Oui à la 13ème minute, le coach me dit d’aller m ‘échauffer parce que le pivot avait demandé le changement, alors là, j’ai une grosse pression, c’est dingue ! Tout le monde m’encourage et quand je rentre Michael Guigou m’explique l’enclenchement, Quentin Dupuis me lâche un ballon, j’ai du mal à l’attraper, surement un peu d’appréhension, je tire et je marque, je vois tous les joueurs qui se lèvent je n’arrivais pas à réaliser, Luc Tobie et Nicolas Nieto m’ont fait comme des embrassades, c’était un moment super fort ! Même quand je suis rentré j’avais du mal à réaliser, mes parents étaient vraiment fiers, j’ai reçu beaucoup de messages de félicitations c’était ouf ! J’ai marqué mon premier but en pro à 17 ans ! 

Julien Rebichon, ancien entraîneur, futur coéquipier

Julien, tu as entrainé Baptiste Joblon au début de ta carrière professionnelle, peux-tu nous parler de lui ? 

Il a commencé à 8 ans et moi c’était le moment ou je commençais à jouer en professionnel. Je suis passé par là, c’était toujours dingue de voir des joueurs pro nous entraîner. Ça fait toujours quelque chose pour les jeunes même si on était pas les stars de la Lidl Star Ligue. Baptiste ça se voyait qu’il aimait le hand, il prenait du plaisir à venir et physiquement il était au dessus, il était plus grand, il n’y avait pas grand chose à lui apprendre pour jouer au handball.  Il avait les bons gestes, ça se voyait qu’il est né dans le handball. Il avait de la motricité et c’est important quand on est petit, il savait jouer au handball, il avait tous les ingrédients pour percer au haut niveau ! Aujourd’hui, il est au centre de formation de l’USAM et sur la bonne voie pour devenir professionnel un jour. Il une très bonne mentalité sur et en dehors du terrain, c’est agréable d’échanger avec lui ! 

Photo : Julien Rebichon

Tu joues un rôle de grand frère auprès de lui et des autres jeunes du centre de formation présent avec vous sur les entrainements ? 

Forcément, il y a 4 jeunes avec nous notamment lors du voyage en Slovénie pour la coupe d’Europe. Baptiste c’est celui avec qui j’ai le plus d’affinité, étant donné que je le connais depuis petit. Ça me fait un sacré coup de vieux, c’est que du plaisir d’avoir pu jouer avec lui pour son premier match ! Il y a vraiment eu un moment de bonheur !

Justement en Slovénie lors de votre victoire 22-28 face à Presov, comment était Baptiste et les autres jeunes ? 

Nous avons beaucoup parlé avec les jeunes ! Nous leur avons dit de profiter à fond de se premier match ! Jouer la coupe d’Europe, c’est unique à leur âge, il ne faut pas regretter ! Évidemment, nous avons parlé du match, les combinaisons ce ne sont pas les même qu’avec l’équipe reserve ! Nous leur avons demandé peu de choses, mais on voulait que ça se soit bien fait et qu’ils connaissent bien le plan tactique du match. Baptiste est le premier à rentrer sur le terrain il marque un but, il était heureux, ça fait tellement plaisir à voir ! 

Propos recueillis par Lucas Deslangles / Handfacts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *