La France défendra son titre

La France défendra son titre

Victorieuse de la Croatie ce vendredi (30-19), la France s’est qualifiée pour la finale de l’Euro 2020 et tentera de conserver un trophée acquis aux dépens de la Russie il y a deux ans. Pour y parvenir, il conviendra de se défaire de l’autre équipe invaincue de la compétition, la Norvège qui, de son coté, a dominé le Danemark (27-24).

Avant le début de cet Euro, l’équipe de France, bien que tenante du titre, s’avançait avec peu de certitudes. Elle sortait d’un mondial 2019 catastrophique et terminé dès le premier tour, la pandémie mondiale qui sévit actuellement dans le monde l’a empêchée de disputer des matches de préparation, le tirage au sort lui offrait un programme copieux avec notamment le pays organisateur danois au calendrier aménagé et le champion olympique et vice-champion d’Europe russe. Et malgré tous ces obstacles, les filles d’Olivier Krumbholz se sont hissées dans le dernier carré sans trébucher.

Elle était opposée à l’équipe surprise de ce championnat d’Europe, la Croatie. Les passionnés savent que la balle pégueuse est une tradition dans ce pays mais surtout grâce aux exploits de son équipe masculine. Mais cette fois, ce sont les filles emmenées par une Camila Micijevic meilleure buteuse (30 buts) et une Tea Pijevic infranchissable dans les buts. Seule la grande Norvège est parvenue à faire tomber ce collectif au tour principal (36-25). Le staff tricolore savait qu’il fallait prendre cet adversaire au sérieux et mettre tous les ingrédients pour ne pas tomber dans le piège et ne pas transformer l’ambition et désillusions. Une fois de plus, il semble que les joueuses tricolores aient bien retenu la leçon et bien étudié leur rival puisqu’à l’image des Scandinaves, elles sont parvenues à rapidement l’étouffer par une défense agressive et un jeu rapide.

Bien muselée, Camila Micijevic ne parvient à tromper la vigilance française qu’à deux reprises en une heure et ses coéquipières ne trouveront le chemin des filets adverses que cinq fois lors du premier acte. Les Tricolores rejoignent les vestiaires avec une avance de dix buts (15-5). Si la seconde période débute plus difficilement pour les Bleues, le coach leur remet les idées à l’endroit cinq minutes après la reprise et l’écart retrouve rapidement des proportions similaires aux trente minutes initiales pour s’établir à onze buts au final (30-19). Cette rencontre a permis de confirmer que cette équipe était avant tout un collectif, tant dans les buts avec Amandine Leynaud et Cléopâtre Darleux qui se sont partagées le temps de jeu que sur le terrain où chacun a apporté sa pierre à l’édifice. Un enseignement précieux à deux jours de défier la Norvège, elle aussi invaincue et impressionnante jusqu’alors ce qui promet une lutte de tous les instants dimanche (18 heures) pour conserver le trophée continental deux ans de plus.

Alexandre BUR

Photo Anze Malovrh / kolektiffimages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *