La saison 2019/2020 s’est achevé brutalement à cause de la crise sanitaire qui frappe notre pays. C’est l’occasion pour nous de partir à la rencontre de Laura Portes, gardienne passée par le centre de formation de Metz Handball, et qui va désormais voler de ses propres ailes loin de sa région natale.

Bonjour Laura, comment vas-tu en cette période particulière ?

Je vais bien, je suis en bonne santé tout comme mes proches, c’est l’essentiel !

Le confinement s’est bien passé ? Comment es-tu arrivée à occuper tes journées ?

À partir du moment où mes proches et moi nous allons bien, je peux dire que mon confinement se passe bien, le handball me manque énormément, je meurs d’envie de retourner sur les terrains !

Alors justement, comment arrives-tu à occuper tes journées ?

J’essaye d’avoir une rythme de vie plutôt normal, je me lève tous les jours entre 8h30 et 9h, je fais ma séance de sport le matin et l’après-midi. Entre mes deux séances quotidiennes je fais un peu de hand avec mon frère dans le jardin. Nous avons crée un but en bois ! ( rires )

Un vrai confinement de sportif ! Hormis le sport, qu’est ce que tu fais pour combler le temps qu’il te reste ?

Ça dépend, je lis quelques livres, j’en profite pour rattraper les cours que j’ai raté cette année et puis évidemment comme tout le monde, je regarde des séries !

On va parler un peu handball, la saison 2019/2020 a été vraiment particulière pour toi…

En effet, j’étais blessé pendant la préparation. J’ai dû reprendre progressivement la course puis le handball. Seulement deux semaines après ma reprise j’ai été appelé à rejoindre le groupe de la D1 pour pallier la blessure de Laura Glauser.

Comment as-tu vécu ce moment ?

C’est très malheureux à dire mais à cause de sa blessure, j’ai eu l’opportunité de toucher au meilleur niveau, à la D1 et à la Ligue des Champions.

Que retiens-tu de ton passage dans le groupe de Manu Mayonnade ?

Je retiens beaucoup de bonnes choses, j’ai appris ce qu’était le professionnalisme, l’intensité des entraînements était bien plus élevée. Le rythme aussi, j’avais plus d’entraînements par jour et par semaine puis j’ai côtoyé les meilleures joueuses du monde !

Toujours encourager ses partenaires !

On imagine que de côtoyer les meilleures joueuses du monde comme tu dis t’a permis de progresser…

Forcément ! Ça m’a beaucoup apporté, j’ai dû me mettre au niveau, je devais aller plus vite être plus exigeante, j’ai beaucoup progressé durant cette période avec la D1 !

Plus tard dans la saison tu es retournée avec la N1 suite à l’arrivée de Téa Pijevic, tu t’es rendue compte des progrès que tu avais fait ?

Oui, je m’en suis rendu compte, je me trouvais plus à l’aise dans mes passes, j’étais plus rapide et plus tranchante dans mes décisions. J’ai réussi grâce à l’exigence que j’avais avec la D1 à me l’imposer lors de mes matchs en N1 afin d’essayer de faire progresser encore plus l’équipe.

La concentration dans les yeux de Laura Portes en N1 contre Cergy

Après avoir découvert la D1, on a forcément envie d’y retourner ?

Totalement, c’est le niveau que j’ai envie d’atteindre et que c’ était le niveau ou j’aimerais évoluer plus tard dans ma carrière quand j’aurais atteint mon meilleur niveau. C’est une période très bénéfique pour moi malgré que je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu le week-end. J’en ressors grandi et mentalement aussi, ce n’est pas facile tous les jours, il a fallu que je m’accroche.

Un petit point sur ta situation, tu es en fin de contrat avec le centre de formation de Metz Handball, sais-tu où tu vas évoluer la saison prochaine ?

Effectivement, je suis en fin de contrat. J’avais signé pour 2 ans au centre de formation de Metz Handball. Je suis arrivée au bout et j’ai décidé de quitter le club pour rejoindre Celles sur Belle qui m’a proposé un contrat professionnel de deux ans.

Félicitations ! Quelle est ta réaction suite à ta signature de ton premier contrat professionnel ?

Merci ! Je suis ravie, cela va être une nouvelle expérience pour moi, j’ai vraiment hâte de découvrir le groupe et commencer à travailler avec elles.

5 ans avec Metz Handball, tu as tout connu au club, raconte nous cette fabuleuse histoire !

Mon passage à Metz ? Je pense que je peux difficilement faire mieux ! En U18, j’ai été deux fois vice championne de France, une fois championne de France avec la N1 ! Cette année, j’ai eu la chance de découvrir la Ligue des Champions ! Je pense avoir pris tout ce que je pouvais prendre à mon niveau et à mon âge. Pascal Jacques et Xavier Deratte m’ont beaucoup apporté en U18. Tout comme Yacine Messaoudi et Clément Alcacer en N1. Alexandra Hector aussi, dès qu’elle pouvait m’intégrer à un spécifique gardien avec la D1, elle le faisait ! Après j’aurais aimé avoir plus de temps de jeu avec la D1 mais c’était à moi de prouver que j’en étais capable et que j’en avais les capacités. Mon seul regret est peut-être de ne pas avoir prouvé que sur un match de championnat j’étais capable de tenir une mi-temps !

Laura Portes et son entraîneur en N1, Clément Alcacer

Après tout ce que tu as vécu à Metz Handball, il y a du regret de ne pas signer professionnelle au sein de son club formateur ?

Pour des joueuses comme moi, au poste de gardienne, il y a une grande marche pour passer de N1 à D1 à Metz Handball, je pense que c’est normal de passer par une étape avant de vouloir arriver à ce niveau. C’est obligatoire pour moi de passer par la D2, avant de pouvoir je l’espère rejoindre la Ligue Butagaz Énergie avec Celles sur Belle !

Ça va être un énorme changement pour toi la saison prochaine, nouvelle région, loin de ta famille…

Effectivement, une nouvelle aventure s’offre à moi ! Je vais être loin de ma famille pour la première fois, j’y étais un peu habitué étant donné que je suis au pôle espoir depuis la 4ème et en internat. Je pense que ça va une épreuve à surmonter mais je vais le faire, j’ai toujours réussi à surmonter les différentes épreuves, pourquoi ça changerait ?

Laura Portes à l'échauffement contre Fleury

De plus, tu découvres un nouveau championnat…

Oui je vais découvrir un nouveau championnat, je pense que ça va me faire du bien, la gardienne est installée donc je vais devoir faire mes preuves et que je montre au coach que je mérite d’avoir du temps de jeu.

C’est un tout nouveau défi pour toi !

En effet, je suis prête à le relever ! Ce défi va m’aider à progresser, je vais devoir donner le meilleur de moi-même à l’entraînement !

La D2, tu n’y as jamais été…

Je suis très contente d’y aller, ça va me montrer ce que c’est de jouer contre des joueuses plus âgées, plus expérimentées, pour certaines qui ont déjà évoluer en Ligue Butagaz Énergie. Ça peut me faire que progresser, je suis heureuse de passer par ce niveau-là et qu’on va jouer la montée, je pense qu’il n’y a rien de mieux pour une joueuse, que d’avoir l’objectif de gagner tous les week-end ! C’est ambitieux et j’ai des ambitions !

Alors quelles sont tes ambitions?

Nous allons jouer la montée, donc ça sera de monter ne D1 ! Au fur et à mesure de l’année, personnellement, de faire ma place et de gagner de plus en plus de temps de jeu ! En discutant avec Thierry Vincent, le futur coach de Celles Sur Belle et Éric Barrada (NDLR : sélectionneur EDF Filles U20 ) je me suis rendue compte que ça pouvait être un club qui me correspondait, c’est un tremplin pour moi, le club vise le haut de tableau et la montée et je souhaite jouer en D1 dans l’avenir !

Tu as discuté avec Thierry Vincent, le nouveau coach pour la saison prochaine, qu’elles ont été ses mots pour te convaincre ?

Effectivement, nous avons pu échangé par rapport à mes études car je souhaite les continuer, il m’a dit qu’il accordait beaucoup d’importance aux études surtout aux filles qui souhaitent continuer leur double projet, ça m’a fortement rassuré et ça a permis de me libérer et de me dire « C’est bon, c’est le bon club il faut que j’y aille, il y a tout qui est réuni »

Qu’est-ce qu’il t’a plu dans ce club ?

C’est un club de D2 VAP, il est très structuré, qui a du vécu en D1, donc le club sait à quoi s’attendre en cas de montée en D1. La venue de Thierry Vincent j’ai eu beaucoup de bon retour sur lui, je pense que c’est une personne avec qui je peux bien m’entendre ! Maintenant, à Celles sur Belle il m’attend une belle aventure !

Nous souhaitons à Laura Portes plein de réussite dans son futur club et dans ses études !

Propos recueillis par Lucas Deslangles / Handfacts