L’Équipe de France s’ouvre les portes des quarts de finale

L’Équipe de France s’ouvre les portes des quarts de finale

L’Équipe de France, on l’aime et la déteste, le tout en 60 minutes. Après une sortie laborieuse contre une belle et vaillante équipe algérienne, les Bleus étaient opposés aujourd’hui à l’Islande. Une victoire 26-28 qui ramène la troupe de Guillaume Gille un peu plus proche des quarts de finale.

Presque 4 ans jour pour jour après la victoire en huitièmes de finale du championnat du monde 2017, l’équipe de France affrontait à nouveau l’Islande, qui présentait une équipe très jeune. Que ce fut dur encore une fois. La solide équipe Islandaise bien emmenée par l’homme du match Elisson qui a posé de nombreux problèmes à l’équipe de France en revenant au score à plusieurs reprises et s’offrant même le luxe de mener à la marque.

Les débuts sont équilibrés, avec deux bonnes défenses, de part et d’autre, qui mettent à mal les offensives adverses. Malgré une très bonne densité défensive islandaise, les français restent sérieux, mais perdent quelques balles qui permettent à l’Islande de rester à hauteur sur jeu rapide. Les français ont au fur et à mesure que le temps s’écoule, de plus plus de mal à trouver des solutions sur jeu placé, à avoir de la continuité en attaque grâce à une très bonne intensité défensive de l’Islande, et s’en remettent à Dika Mem, plutôt à son aise avec 3 buts dans les 10 premières minutes.
Grâce à un but de Nedim Remili dès son entrée en jeu, la France prend pour la première fois un petit écart de 3 buts, au bout de 17 minutes de jeu. Vincent Gérard impérial permet à l’équipe de France de conserver son avance. Cepandant, quelques erreurs en attaque, notamment un jet de 7m manqué par Michaël Guigou, empêchent les Bleus de prendre un avantage plus conséquent. Une équipe islandaise présentant un réel temps faible de 7 minutes, sans inscrire le moindre but. Si les équipes présentent un trou d’air, Guillaume Gille réussi à redresser ses troupes en fin de première période et de prendre 2 buts d’avance avant de rentrer aux vestiaires.

Un début de seconde période mal maîtrisé par la France puisque l’Islande revient à hauteur de la France et même passer. Malheureusement, l’équipe de France retombe dans ses travers des derniers matchs, en mettant moins d’engagement. C’est un tournant à la 37 ème minute du match quand l’Islande prend 2 buts d’avance pour la première fois de la rencontre. Le jeune gardien islandais Hallgrimson, futur gardien du HBC Nantes, se met à multiplier les parades, mettant à mal l’équipe de France qui balbutie son handball. Cependant, la défense française tient le choc et Yann Genty tout juste entré sur le terrain se montre dans ce mondial avec une belle parade sur contre – attaque. L’Islande ayant plus de mal en attaque, Gudmundsson pose un temps – mort. Mais les islandais n’y arrivent toujours pas et attaquent de façon déterminante, face à une solide défense française. En cette fin de match, les défenses prennent le pas sur les attaques, et les gardiens se remarquent, notamment Yann Genty, décisif avec un arrêt sur sa ligne et deux arrêts précieux pour empêcher l’Islande de repasser devant. Cela permet également à l’équipe de France de reprendre 2 buts d’avance, à 4 minutes de la fin, grâce à Fabregas, impeccable en attaque. Cela ne suffit pas pour faire rompre totalement les islandais, bien décidé à jouer leur chance jusqu’au bout du match. La France s’impose difficilement 28-26 et conserve donc son destin entre ses mains en vue des quarts de finals. La France reçue 5/5 avant une « finale » contre le Portugal.

Tanguy Bellenguez

Photo : IHF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *