Relégué sportivement, le club du Nord de la France : Saint Amand dépose un recours après du CNOSF afin de faire valoir le règlement acté du 21 décembre. Un long périple judiciaire attend le club de Sophie Palisse, qui tentera de faire maintenir son club en Ligue Butagaz Énergie au dépend de Mérignac.

La situation sanitaire a énormément affecté le sport français ces deux dernières saisons. En Plays-Downs de la Ligue Butagaz Énergie, toutes les rencontres n’ont pas pu être jouées. (Fleury a été contraint de déclarer forfait pour son dernier déplacement à Toulon.) Le 21 décembre 2020, les instantes ont voté et acté un règlement qui stipule : « Si les conditions sanitaires ne permettent pas d’aller à l’issue de cette phase de Play-Downs, le classement sera établi en prenant en compte les 13 premières journées (formule initiale) ainsi que les matchs retours en lien avec les matchs allers de la 1ère phase (5 dates) » afin de répondre à soucis d’équité envers tous les clubs.

De plus, le protocole sanitaire adopté par le Comité́ de Direction de la LFH le 17 mars 2021 stipule : « Un effectif est considéré »comme étant compétitif si, une fois retranchés les éventuels cas d’inaptitudes liés à une infection à la Covid-19 de la liste des joueuses et entraineurs autorisés à évoluer en Ligue Butagaz Énergie, le club demeure en capacité » de présenter :  11 joueuses dont une gardienne de but et dont 6 joueuses ayant le statut professionnel »

La JDA Dijon pointé du doigt

Seul problème, la JDA Dijon n’a pas respecté ce règlement lors du match opposant les dijonnaises à Plan De Cuques. En effet, Christophe Mazel comptait dans ses rangs une seule joueuse professionnelle : Ilona Di Rocco.

En effet, le club dijonnais déclare trois joueuses positifs à la Covid 19 après le match nul contre Fleury (26-26). La conséquence : les deux effectifs sont mis à l’isolement et Fleury n’a pas pu se déplacer à Toulon.

Compte tenu de la situation, le club de Saint Amand déplore un manque d’équité.De ce fait, le club nordiste dépose un recours auprès du Conseil National Olympique et Sportif Français. Pour rappel, à l’issu de la 13ème journée, Saint Amand était provisoirement maintenu, tandis que Mérignac était la lanterne rouge de la Ligue Butagaz Énergie et provisoirement relégué en D2F.

À l’heure actuelle, Saint Amand n’a pas encore officialisé sa descente en D2F puisque le club compte se battre pour faire appliqué ce règlement et conserver sa place dans l’élite du handball français féminin.

Une conférence de presse est organisée vendredi 4 Juin à 17h30 au complexe Verdavaine avec Sophie Palisse, présidente du SAH-PH. »