Olivier Krumbholz lors d'un temps mort

Après une victoire plus que satisfaisante contre le Danemark, les joueuses d’Olivier Krumbholz, devaient confirmer contre l’Espagne, qui n’avaient plus rien à perdre. Au terme d’une rencontre palpitante, les Bleues bien emmenées par Alexandra Lacrabère (7/10) parviennent à s’imposer 26-25.

Quoi de mieux que de commencer le Main Round par une victoire contre l’Espagne ? Commencer par une victoire contre la Russie peut-être ? Soyons patient ! Les Bleues qui ne disposent de même pas 24 heures de repos avant d’affronter la Russie ce soir à 18h15. Une équipe bien connue des françaises pour les avoir battu en finale du dernier Euro. Avec cette victoire contre les joueuses de Carlos Viver, les coéquipières d’Amandine Leynaud, auteure d’un énorme match hier, font un énorme pas vers la demi-final qui se jouera, le 18 décembre. Reste à savoir si les bleues finiront à la première ou à la deuxième place. Une première place qui peut-être potentiellement acquise ce soir en cas de succès contre les Russes.

LE MATCH

Jouer à se faire peur ? Une spécialité « made in France » mais, on ne va pas se mentir ! Nous aimons bien trembler, surtout quand à la fin « c’est toujours la France qui gagne ». Après une première mi-temps parfaite, les Françaises rentrent aux vestiaires avec un avantage de +6 (16/10).

On ne pouvait difficilement rêver mieux, menant au score durant toute la rencontre, les bleues se sont vu rattraper petit à petit par l’Espagne notamment grâce à Carmen Martin, en feu avec un 9/10 et la gardienne Silvia Navarro bloquant de nombreuses offensives française.

Dans les moments difficiles lors de la seconde période, Alexandra Lacrabère a su prendre le match à son compte et prendre des initiatives. L’arrière droite, taulière de l’Équipe de France, a ce côté revanchard, n’étant plus en réussite sur les 7 mètres, a préféré mitraillé de loin, pour le plus grand bonheur de son sélectionneur, Olivier Krumbholz.

Changement

Touchée au visage, Cléopatre Darleux est mise au repos ce soir contre la Russie. Elle est remplacée par la gardienne de Gyor, Laura Glauser.

Lucas Deslangles

© Anze Malovrh / kolektiff