Ce dimanche, Metz Handball recevait Rostov et se devait de l’emporter pour se remettre de la claque reçue mercredi à Brest (défaite 30-19) et surtout ne pas compromettre la suite de son aventure en Ligue des champions ! C’est chose faite, les Dragonne s’imposant d’un but (27-26) à l’issue d’une rencontre à rebondissements.

Au sortir des fêtes, certains ont la gueule de bois et mettent quelques temps à retrouver leurs esprits. Les filles de Metz Handball, et plus encore les nombreuses internationales qui composent l’effectif, n’ont sûrement pas fait d’excès en cette fin d’année 2020, préférant digérer un Euro énergivore et sachant le calendrier qui les attendait en ce mois de janvier. Cette première semaine de compétition en 2021 aura fait passer les Dragonnes par toutes les émotions. D’une victoire difficilement acquise dimanche dernier face à Plan de Cuques, en passant par le lourd revers reçu à Brest, et par cette victoire acquise au bout du suspense face à la formation russe de Rostov, menée par l’ex capitaine jaune et bleu, Grâce Zaadi, qui faisait son retour aux Arènes pour la première fois depuis son départ en Russie.

Le début de match des Messines est idyllique. Orlane Kanor et Méline Nocandy virevolte et les filles de Manu Mayonnade prennent le large (4-0, 5e). Le temps mort posé par Per Johansson après 73 secondes de jeu n’a pas eu d’effet immédiat. Les partenaires d’Astride N’Gouan montrent un visage conquérant et discipliné jusque dans les dernières minutes du premier acte à l’image de la prestation livrée en Bretagne mercredi. L’avance de quatre buts se réduit en un rien de temps et les Dragonnes ne comptent finalement qu’une longueur d’avance lors du retour au vestiaire (14-13). Ajoutez-y une probable indisponibilité de son arrière Camilia Micijevic, blessée au genou et sortie en pleurs (25e) et le second acte ne s’annonçait vraiment pas sous les meilleurs auspices.

Le scénario du début de celui-ci confirmait les craintes des supporters et suiveurs du club mosellan. Les filles de Manu Mayonnade, comme ce fut souvent le cas depuis le début de la saison, peinaient à se remettre dans l’intensité de la rencontre et perdaient leur agressivité défensive, Dinah Eckerle ne parvenant pas à endiguer les attaques adverses. Les Russes comptent dès lors quatre unités d’avance après dix minutes dans ce second acte (17-21, 40e). On se dit alors que l’invincibilité des Jaune et Bleu dans leurs Arènes, en cours depuis 2017, est sérieusement menacée. C’est alors que Hatadou Sako, l’explosive gardienne venue de Nice en début de saison, entre en scène et rebooste toutes ses coéquipières par ses arrêts et sa hargne de tous les instants. Bien qu’en infériorité numérique suite à l’exclusion temporaire d’Orlane Kanor, Metz Handball parvient à égaliser (23-23, 54e). Chaque équipe se rend alors coup pour coup jusqu’au dernier but de la capitaine Astrid Ngouan donnant la victoire après avoir respecté à la lettre le schéma tactique édicté par son coach au temps-mort précédant l’action. Un précieux succès (27-26), qu’il conviendra de faire fructifier samedi prochain (18 h) sur le parquet des Slovènes de Krim Mercator.

Alexandre BUR

Photo Lucas Deslangles