La petite finale de la Ligue des Champions est une rencontre Franco-Française. Elle oppose le HBC Nantes et le Paris Saint Germain. Les deux équipes ont vu hier la finale leur échapper. Ils se sont retrouvés aujourd’hui sur le terrain de la Lanxess Arena pour la médaille de Bronze. Et au terme de soixante minutes intenses, le PSG s’impose 31-28 et remporte la médaille de bronze, comme en 2016, 2018 et 2020… 

Adama Keita en tribune, Grébille titulaire tout comme les « absents » d’hier : Karabatic, Hansen, Kounkound ou encore Kristopans. Un turnover effectué par Raul Gonzalez, peut être un peu trop tard dans le week-end. Après 10 minutes de jeu, ce sont les Nantais qui dominent les débats (7-6 10′). Pour son dernier sur les couleurs du H, Cyril Dumoulin est bien rentré dans la rencontre. Le portier nantais écoeure tour à tour Kamil Syprzak Dainis Kristopans et même un 7m sur Hansen. Alors que les deux équipes sont en phase d’observation, le score peinent à évoluer. 

Les gardiens sont en forme 

Après quelques mois loin des terrains, Nikola Karabatic revient plus en forme que jamais, dans un rôle de créateur. Sa relation avec son frère Luka est intacte. Elle met à mal la défense nantaise. Théo Monar est sanctionné de 2 minutes après une lourde faute sur le pivot parisien. Le jeune joueur nantais est en grande difficulté défensivement cette après-midi. À la 18ème minute, Nikola Karabatic inscrit son premier but de la rencontre et vient donner l’avantage aux siens. Le HBC Nantes, qui, avait pourtant bien commencé la rencontre, multiplie les pertes de balle et offre des possibilités de contre attaque au PSG. Contrairement à hier, Vincent Gérard demeure bien présent dans ses buts. Après quelques minutes un peu timide, l’international français réalise quelques parades. Il va même signer une double parade phénoménale sur Valero Riveira, en course pour le titre de meilleur buteur. 

C’est même Vincent Gérard qui va permettre à son équipe de prendre les devants grâce à ses nombreuses parades. De l’autre côté, Dumoulin est extraordinaire avec 14 arrêts en une seule mi-temps. Mais les nombreuses pertes de balles de ses coéquipiers permettent au PSG de rentrer aux vestiaires avec 4 buts d’avance. (13-17) 

Nantes manque de réalisme, Paris enchaîne 

Au retour des vestiaires, Elohim Prandi est aligné sur la base arrière. Pas forcément en réussite sur Dumoulin ce qui forme Raul Gonzalez a le rappelé sur le banc après seulement 3 minutes. Les suspensions de 2 minutes pleuvent côté Nantais avec des fautes successives de Pechmalbec et Valero Rivera. En double infériorité numérique pendant deux minutes, les nantais gèrent bien et ne se font pas distancer.(16-18 36′) Dumoulin quant à lui continue son récital. Les Nantais souffrent tout de même des offensives parisiennes. Mais les partenaires de Gurbindo, très en vu en seconde période ne plient pas. (23-24 48′) L’entrée de Kiril Lazarov remet les compteurs à 0, le HBC Nantes et le PSG sont a égalité.(24-24 49′) Aymeric Minne échoue sur montée de balle quelques secondes plus tard. Le jeune demi-centre voit sa tentative s’écraser sur le poteau. 

Raul Gonzalez sentant son équipe faiblir, pose un temps et fait appel à Dylan Nahi, qui va jouer ses 10 dernières sous le maillot parisien. En très peu de temps, le PSG reprend les devants, grâce à des arrêts de Vincent Gérard et des buts de Nahi et Syprzak. (23-25 52′) Sur le plan offensif, Nantes est moins bien. La défense parisienne a resserré les rangs et Dylan Nahi (3/3) permet de donner quelques buts d’avance à club. (26-29 57′). Après encore des tirs ratés côtés nantais, le PSG en profite pour sécuriser et remporter la partie. (28-31 FM)

Lucas Deslangles 

Paris Paris

Photos : Axel Heimken et Uros Hocevar / EHF